Le M de Mams,

Chronique 1

chronique1bis

« Most », « Dorothée Most », classe n’est ce pas ? Un nom qui me prédestinait de toute évidence à un destin de star, un esprit sein dans un corps de rêve ! LA FEMME PARFAITE.
Bilan du haut de mes 33 printemps: Des rencontres, des ruptures, un florilège d’émotions, une naissance et surtout des changements, beaucoup de changements! Ma vie est faite de fluctuations dignes des chutes du Niagara mais depuis 17 ans, ma plus belle histoire d’amour, celle qui ne me quitte jamais, celle qui me colle à la peau, celle avec qui je ne fais QU’UN, s’appelle …..« REGIME ! »
Bienvenue dans mon monde, mes galères et mes craquages !
————————————————————————————
#‎OUI‬,mais#chronique1
Une année, c’est 12 mois, un mois c’est 4 semaines, depuis 17 ans, on compte 204 mois. Donc 816 semaines, soit 816 lundis. 816 lundis que je me répète la même phrase : « je ne me supporte plus, c’est décidé, aujourd’hui je me mets au régime! »
Si j’avais aussi bien respecté cette phrase que je respecte les petits beurres et carrés de chocolats, peut être bien, qu’à ce jour, les nutritionnistes de ma ville n’auraient pas eu la chance de s’acheter une maison dans le sud ! J’ai au moins fais quelques heureux.
Etre en harmonie avec son corps, donc avec soi ? Je ne sais pas si cette phrase est toujours réaliste mais je sais qu’être bien dans sa peau contribue au bonheur. NON ! Toutes les filles minces ou très bien faites ne sont pas forcement heureuses. NON ! Toutes les filles rondes, grosses et obèses ne sont pas forcement désespérées et mal dans leurs peau. Mais où est le juste milieu ?
Et si j’analysais ma propre situation ? Enfance, parents, confiance, premier amour, peurs et gourmandise of course !
L’enfance définit TOUT. je dis bien TOUT et TOUT ce que nous sommes. Du haut de mes 8 mois de MAMAN, je le comprends encore plus aujourd’hui. Les enfants, ressentent, boivent et transpirent toutes les forces ainsi que les failles de leurs parents. Enfin, surtout de leur MAMAN ! ( oui oui c’est injuste mais cela fera l’objet d’un autre débat )
Les parents, par manque de tact, d’expérience ou de savoir faire, disent et font des choses qui nous marquent. Dans la famille MOST, ça a donné ça :
A 3 ans, publicité et castings  » Souris, tape des mains »…
A 10 ans, dixit mon père : « Ma chérie tu es la plus belle. Tu réalises que tu es une véritable beauté ? ».
A 15 ans, « Perds 10 kilos ma fille et je te fais devenir mannequin ».
A 18 ans « J’emmène ma fille aux Caves de Saint Tropez mais je sais qu’elle est mal dans sa peau ».
A 23 ans : « Faut faire quelque chose, tu as grossi là, vraiment. Tu ne voudrais tout de même pas devenir comme ta grand-mère ? ».
A 24, « T’es belle, tu as maigris mais fais attention de ne pas tout reprendre ».
A 25 « Tu devrais vraiment te remettre au régime,c’est dommage d’être aussi forte à ton âge »
Je m’arrête là ?……
Alors après plusieurs années à se battre contre ses parents, sa famille et soi même…on décide que la nourriture deviendra notre meilleur ennemi. On mange pour se faire plaisir, on se fait plaisir en se faisant du mal et au final, on se renferme derrière nos rondeurs. Un jour, on décide de s’ouvrir, de maigrir, de s’embellir et enfin, lorsqu’on se sent mieux …hop on regrossit, histoire de ne pas prendre trop de risques… ! La peur de toujours avoir des problèmes en étant mince, la peur de trop se donner et donc de….souffrir PARDI….
Pourtant, c’est vrai. On souffre lorsque l’on a des kilos en trop, non ? Les kilos, le poids, c’est bien le poids de la vie, le poids du passé mais c’est aussi ce qui nous permet de se battre contre soi quand il le faut et de ne jamais perdre de vue que l’on n’a un objectif à atteindre. Une sorte de leitmotiv…EN y réfléchissant, si on maigrit, que l’on est une working girl ou une super femme au foyer, que l’on ressemble à Amandine Chaignot dans notre cuisine et que nos enfants vont bien, alorsqu’est ce qu’il nous reste pour se plaindre ? Parce que nous les femmes on aime ça grogner, c’est pour mieux avancer !
J’en parle de façon grave, mais j’ai compris une chose en grandissant, en mûrissant. Le poids n’est pas une finalité en soit. C’est n’est pas non plus un frein majeur à votre réussite sentimentale et professionnelle. Mais le poids peut nous empêcher d’évoluer, de donner et d’aimer.Il faut savoir que l’on ne peut aimer l’autre que si l’on s’aime soi-même. C’est le plus dur. Le but c’est de s’accepter ou de guérir seul. Car ce combat, au même titre que d’autres gueguerres féminines, on le vit SEUL et avant tout pour NOUS MÊME.
Petit message à toutes mes copines MAMS: Si l’une d’entre vous connait la bonne fée des kilos qui d’un coup de baguette magique donnera ordre à mon cerveau de ne plus avoir faim et de ne plus grignoter pendant quelques mois, qu’elle se dépêche de partager émoticône smile.
En attendant, pour mieux me comprendre et me réconcilier avec le mot RÉGIME, j’ai fait appel à @kathleen liscia Castro de MYDIETCOACH qui va tenter de me faire divorcer de mes idées reçues et de m’apporter un nouveau regarde sur l’hygiène alimentaire avec ses conseils, son professionnalisme et surtout son programme minceur !
Mon centième régime, OUI. Une énième nutritionniste, OUI mais une façon différente d’aborder et traiter notre problème.
Grâce à un suivi personnalisé via Skype, WhatsApp et téléphone, Kathleen s’adapte à notre personnalité, nos vies et surtout nos envies !
Alors c’est parti, dans la famille patate, je demande les 15 « fucking » kilos à perdre! . Challenge accepted avec toute l’innocence et la naïveté de croire que cette fois çi je pourrai peut être y arriver, qui sait?!
L’important n’est pas d’être forte, mais de se sentir forte. Idem pour le corps. L’important n’est pas d’être beau, mais de sentir bien dans sa peau. Pour le reste … on verra ça lundi !
RDV dans une semaine et je compte sur vous pour m’aider !

chronique1

0Pas de commentaire

writer

L’auteur n’a pas encore donné d’information sur son profil

Laisser un commentaire

Instagram

Unable to communicate with Instagram.